Catenon GlobalUne Expérience Internationale: l’Inde

À quoi peut-on s’attendre lorsque l’on est sur le point de voyager à l’autre bout du monde? Il serait naturel de se sentir un peu inquiet. Surtout dans un endroit comme l’Inde, réputé comme étant un pays différent du reste du monde; possédant les plus beaux paysages naturels mais aussi les villes les plus grandes et frénétiques. Quoi qu’il en soit, ce sera une expérience unique.   L’expérience professionnelle de Joyce Joyce, originaire du Mexique,...
Catenon World3 years ago93910 min

À quoi peut-on s’attendre lorsque l’on est sur le point de voyager à l’autre bout du monde? Il serait naturel de se sentir un peu inquiet. Surtout dans un endroit comme l’Inde, réputé comme étant un pays différent du reste du monde; possédant les plus beaux paysages naturels mais aussi les villes les plus grandes et frénétiques. Quoi qu’il en soit, ce sera une expérience unique.

 

L’expérience professionnelle de Joyce

Joyce, originaire du Mexique, a pu visiter Mysore, une ville du sud de l’Inde. Elle y a travaillé et étudié pendant 3 semaines lors d’un échange international en communication et responsabilité sociale d’entreprise. Elle est restée à l’institut Shri Dhormostholo Monjunotheshworo de perfectionnement des cadres, avec un groupe d’étudiants indiens, espagnols et latino-américains, pour travailler sur un projet de micro-finance.

Cette fiducie résiduelle de bienfaisance, promue par Dr. D. Veerendra Heggade en collaboration avec SKDRDP (Projet Shri Kshethra Dharmasthala de Développement Rural), est axée sur l’autonomisation des gens. Pour ce faire, elle forme des Groupes d’Assistance Mutuelle (GAM) dans le cadre des groupes de responsabilité conjointe (JLV) et en fournit des infrastructures de micro-crédit et de financement à la population rurale, qui représente 70 % de la population.

Le SKDRDP travaille avec une variété de programmes, dont agricoles, sécurité sociale, micro-finance, désintoxication et d’incitations à l’autonomisation des femmes, entre autres.

Pendant deux semaines, Joyce a travaillé avec différentes entreprises de toutes tailles, tous secteurs confondus. Elle a assisté à des réunions avec des PDG et des gestionnaires de RH. Là, ils ont partagé leurs connaissances et leurs pratiques en communication et de responsabilité sociale d’entreprise. Joyce a par exemple appris que le service de RH d’une entreprise produisant des lubrifiants pour voitures s’assurait que tous les partenaires connaissaient les procédures de fabrication 5S et la fabrication sans gaspillage (Lean manufacturing), afin de mettre la sécurité des employés au premier plan.

Elle a visité des communautés rurales pour rencontrer des groupes de femmes et les soutenir dans leurs initiatives d’autonomisation. En effet, elle a élaboré un plan quinquennal de développement pour offrir des opportunités à ces femmes au foyer et aux jeunes femmes sans emploi dans les régions rurales.

 

Joyce et un Groupe d’Assistance Mutuelle

 

Le SKDRDP procure non seulement un soutien financier aux femmes, mais leur permet également de se responsabiliser. Grâce aux prêts, elles ont les compétences nécessaires en main pour faire quelque chose de leur avenir et améliorer leur niveau de vie. Cela leur donne aussi la responsabilité de prendre leurs propres décisions et de contrôler leurs destinées. Elles font la cuisine, certaines prennent des cours d’informatique, elles font partie de groupes de soutien financier mutuel…

Le voyage de Joyce a été bien plus qu’un simple échange international. Elle a pu découvrir les mille visages différents de l’Inde, sa culture, ses traditions et les nombreux contrastes à l’intérieur du pays.

 

L’Inde, Pays aux Contrastes Multiples

Mysore est une ville du Karnataka, l’un des États les plus industrialisés de l’Inde. Bangalore, sa capitale, est devenue l’un des principaux pôles de l’industrie de technologie et d’information. Cependant, la riche culture et les traditions du Karnataka demeurent, comme si le nouvel état urbain et moderne avait toujours cohabité avec l’état classique et historique.

En découvrant la vie à Mysore, elle remarqua que la culture indienne se démarquait dans toutes les situations. Au travail par exemple, il y a une heure en milieu de matinée dédiée au thé, pour la relaxation et pour la réflexion. Sur la propriété de l’entreprise, il y a un jardin pour la méditation et pour le yoga. Les employés portent des vêtements traditionnels indiens, de la nourriture indienne est servie à chaque repas et, à l’intérieur, on enlève ses chaussures.

Le lieu physiquement industrialisé est en contraste avec les traditions présentes à chaque instant de chaque jour. Le centre technologique est en contraste avec l’aspect rural et classique des maisons ou des temples; et le chaos dans la rue est en contraste avec la tranquillité de l’intérieur. Tout à l’extérieur semble être influencé par la culture occidentale, tandis que tout à l’intérieur est profondément indien.

 

Le marché de Devaraja, Mysore

 

Le bref séjour de Joyce en Inde a été, selon elle, une expérience incomparable. Elle a non seulement appris professionnellement, en travaillant et en visitant des entreprises, mais elle a aussi appris la richesse inestimable de la culture, des traditions, des gens, des lieux et bien plus encore.

 

Joyce avec une jeune fille des groupes de support mutuel

 

Conférence sur l’autonomisation des femmes

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Politique de commentaire | Politique de confidentialité

Related Posts

{{ image }}

{{ title }}

{{ date }} {{ comments }}
{{ readingtime }} {{ viewcount }}
{{ author }}
{{ image }}

{{ title }}

{{ date }} {{ comments }}
{{ readingtime }} {{ viewcount }}
{{ author }}
{{ image }}

{{ title }}

{{ date }} {{ comments }}
{{ readingtime }} {{ viewcount }}
{{ author }}